Vous avez enfin trouvé la maison de vos rêves… mais il ne vous reste plus qu’à donner vie à la négociation qui vous permettra d’obtenir la propriété que vous souhaitiez. En ce sens, s’appuyer sur une agence immobilière dotée d’un personnel expérimenté et scrupuleux qui peut mener à bien la médiation est essentiel pour acheter ce précieux bien en toute sécurité et tranquillité. Voyons quels sont les moments fondamentaux qui concernent la négociation immobilière.

Comment faire une offre pour l’achat d’une maison

La première étape à suivre pour l’achat d’une maison est de formuler une offre au vendeur. Nous pouvons essayer de proposer une réduction du prix, mais l’important est de proposer un chiffre qui ne soit pas excessivement inférieur à la demande. Par exemple, si une propriété est mise en vente pour 800 000 CHF, on ne peut pas s’attendre à ce que le vendeur accepte une offre de 500 000 CHF, ce qui dévaloriserait la propriété.

Certaines situations peuvent rendre le vendeur plus flexible, comme la ruée vers la propriété en raison d’un changement de ville ou la nécessité d’acheter une nouvelle maison. Dans ce cas, en fonction de la catégorie du bien et de son état, l’agent immobilier pourra recommander un chiffre inférieur et guider l’acheteur en lui suggérant des marges de négociation.

Avant de proposer un chiffre, il faut être sûr de pouvoir faire face à la dépense : si donc, dans la phase préliminaire, vous ne disposez pas de la totalité de la somme, il est nécessaire de demander un conseil financier pour l’achat de la maison afin d’établir l’adéquation par rapport à l’obtention d’un prêt hypothécaire et l’étendue de l’éventuel versement maximum qui peut être payé.

Lors de l’établissement de l’offre, une véritable vente préalable est réalisée aux conditions dictées par l’acheteur et l’acceptation des conditions de vente du bien.

En particulier, si le bien acheté est inhabité, il n’y aura pas d’autres problèmes que le nettoyage du bien s’il y a des meubles et des équipements à l’intérieur.

Si, en revanche, le bien à vendre est également la résidence du vendeur, un accord doit être conclu sur le délai dans lequel il doit être libéré. En général, six mois sont accordés à l’occupant, avec des pénalités éventuelles si la propriété n’est pas libérée dans le délai imparti. Ces sanctions sont également explicitées au moment de l’acte.

Une fois l’offre terminée, l’action passe au vendeur qui peut soit soulever ou refuser. Lorsque l’offre est faite, le vendeur ne peut pas s’engager avec d’autres acheteurs potentiels ou évaluer d’autres propositions, mais il est obligé de répondre d’abord à l’offre reçue, qui est un document ayant une valeur juridique à toutes fins utiles.

Si l’offre est rejetée, vous pouvez tenter de la faire monter ou, s’il n’y a pas de marge de négociation, attirer votre attention sur un autre bien.

Que faire lorsque l’offre est acceptée ?

L’offre a été acceptée – félicitations, vous venez d’acheter votre nouvelle maison !

Mais quelles sont les prochaines étapes ? Tout d’abord, le vendeur doit présenter tous les documents de la propriété à l’acheteur, afin que le notaire puisse effectuer les vérifications nécessaires pour éviter toute divergence qui pourrait empêcher l’achat de la maison.

En plus du cadastre, il est conseillé de vérifier la situation de la propriété par rapport à la copropriété afin qu’il n’y ait pas de dettes impayées à payer.

En même temps, il est nécessaire de vérifier que le bien n’a pas subi de modifications substantielles, ou s’il a fait l’objet d’une rénovation, il est nécessaire de vérifier que les interventions ont été correctement signalées aux autorités compétentes et que le plan d’étage a été mis à jour. S’il y a des divergences dans le plan par rapport à l’état des lieux, le bien ne peut pas passer l’enquête pour obtenir le prêt hypothécaire.

Lorsque vous faites appel à un agent immobilier expérimenté et qualifié, ces contrôles sont de simple routine. Si l’agence travaille scrupuleusement, il ne devrait y avoir aucun problème pour la réussite de la transaction.

Compromis et actes : comment fonctionnent-ils ?

Après l’acceptation de l’offre et une fois le contrôle des documents terminé, vous pouvez libérer le contrôle préalable. À ce stade, vous pouvez fixer la date du compromis, si le vendeur le demande.

Ce type d’accord perfectionne le préliminaire : en général, une somme d’argent supplémentaire est donnée, qui sera ensuite déduite du chiffre final. L’accord préliminaire peut prendre la forme d’un écrit privé ou être transcrit chez le notaire.

Voir prêt hypothécaire pour en savoir plus !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici